Tentative de Suicide!

Publié le par Aurèle

Ben, oui. J'avais pas vraiment réalisé.

Mais l'infirmière ce matin, trouvais que ma cicatrice (la pire de toute) avait une sale "tête". En fait au bout de 5 jours, une des entailles ne se referme pas. Je pense sincèrement que mon avant bras n'est pas assez immobilisé et au moindre mouvement, cela tire dessus. Et entre les points de suture cela s'écarte. d'ailleurs j'ai hyper mal.

En plus j'ai des vertiges provoqués probablement par l'hémorragie (et l'anémie que j'ai toujours).

Bref, elle décide d'appeler un médecin, pas le mien, mais son associé. Et au téléphone, elle cesse d'un coup la conversation et me demande: je peux lui dire?

Évidemment. Alors elle lui a dit:

J'ai une patiente qui a fait une tentative de suicide, elle s'est sectionné les veines du poignet, une entaille est profonde et elle a des vertiges, etc....
Du coup, suspicion d'anémie et rendez-vous demain à l'hôpital pour examiner la fameuse entaille.

Et ordre de ne plus mobiliser ma main, facile à dire!

Et quand on dit qu'il est difficile de se suicider en se sectionnant les veines, je pense que c'est une connerie. J'ai réagi rapidement, au bout de dix minutes, je me suis fait une espèce de garrot et en 1/2 heure j'étais aux urgences.

Mais quand j'ai vu l'état de la voiture ou j'ai failli y rester (du sang partout), je me suis dit qu'au bout de d'une ou deux heures sans réagir, et ben...  

  divers-0975.JPG

 Et c'est pas étonnant, que ça s'arrange pas, comme mon mari a amené Pépette aux urgences, je voulais récupérer mon super 4*4. Et j'ai eu un mal de chien à la ramener. On dirait que la direction assistée n'existait pas, à l'époque du Frontera. Et les amortisseurs non-plus d'ailleurs....

 

PS: Ce n'était pas une TS. Plus une espèce de ras le bol. Un chantage: si t'arrêtes pas tes conneries je m'entaille le bras!!!

Débil après coup.

Partager cet article

Commenter cet article

nina 23/06/2013 21:39


Coucou aurèle non je ne me suis jamais faite hospitalisé, et les psy on toujours dit que c'étais juste un manque de confience en moi et pas être internée mais j'ai déjà demandé une foi si il
existait des centre pour jeune qui se sentent mal on ma dit que non

corinne 23/06/2013 19:29


C'est vrai que c'est l'action qui compte et pas le résultat, tu m'ôtes donc une légère angoisse en disant ça car parfois je culpabilise, je ne voudrais pas non plus te donner de faux espoirs.


Mais ça vaut le coup d'être tenté, j'en suis certaine, à ta place je le ferais. Tu n'as rien à perdre, tout à gagner, et sinon, comme tu le dis, tu auras essayé.


Hi hi, moi aussi je prenais toujours résumé de texte je détestais la dissertation! Je ne suis ni littéraire ni scientifique, j'ai été orientée par défaut dans une section scientifique, ce qui m'a
dégoûtée de maths à vie (tout au moins après le niveau troisième). J'ai quand même réussi à "pondre" deux futurs ingénieurs!


Bon, ne te surmène pas non plus dans ton projet, hein, profite des beaux jours, de tes enfants...


A plus


 

aurèle 22/06/2013 23:44


et je ne suis pas une romancière, encore moins brillante.


J'aurais aimé l'être.


Mais je suis scientifique, et j'ai bien conscience que je n'ai aucun talent d'écrivain. C'est mon histoire qui est "spéciale", un peu "originale" et j'essaye de la relater le plus précisément
possible. Au bac, j'ai pris "'résumé-discussion" et j'ai eu une bonne note (grâce au résumé). J'aurais pris "dissertation" je me serais plantée. Je suis en train de coller le Blog sur Word
2010 et toutes mes fautes me sautent "à la gueule". Et je rectifie des centaines de fautes (je suis écoeurée), je fais des mises en page (là, je suis calée, c'est ce que j'enseignais à des
élèves).....

corinne 22/06/2013 22:19


Moi non plus je n'avais pas réalisé que tu t'étais entaillée si profond. Je pensais plus à de la scarification (ce qui aurait déjà été pas mal!)


Je n'ai rien vu arriver et j'étais choquée, et en même temps incrédule, dans le déni. J'avais une sensation d'irréalité, je me suis même demandé un instant si tu n'étais pas une brillante
romancière, et que tu allais un jour nous révéler que tout ça n'était qu'une fiction. J'ai un peu honte d'avoir pensé ça! (c'était avant d'avoir lu la suite et vu les photos).


Très jolie photo avec ta pépette, tu lui es précieuse, tu sais mon père est mort d'un cancer quand j'avais 12 ans, et je me suis toujours dit que je ne me suiciderai pas pour ne pas que mes
enfants vivent ça. J'ai même parfois pensé  que je n'avais pas fait 3 enfant par hasard, mais pour me servir de "filet anti-suicide". D'un autre côté je me doute bien qu'on ne peut pas
toujours se contrôler quand le désespoir est trop fort.


Bref, prends soin de toi et de ta jolie famille nombreuse.


 


 

Aurèle 22/06/2013 23:10



je ne me suis jamais scarifiée (même quand j'étais jeune). Disons que je me suis dit que je voulais en finir, mais je savais que j'allais peut-être changer d'avis. Et le parking n'était pas loin
de l'hôpital. Et la plus grosse des entailles fait environ 1 cm de profond et quand je pliais la main vers l'arrière, la plaie s'ouvrait comme un sourire et s'élargissait. Les autres sont moins
importantes, je ne sais plus exactement. Je les vois seulement quelques minutes par jour quand l'infirmière vient faire les soins.


J'ai gardé mes habits couverts de sang (version Dexter) pendant presque 24 h quand j'ai été transférée à l'hôpital "de la main". Je ne sais pas comment ça s'appelle exactement. C'est le genre
d'hôpital ou quand t'arrives avec une main coupée (ou quelques doigts) dans un sac en plastique, eh ben ils te remettent tout ça!


Et mon mari m'a pris en photo avec son téléphone et mes habits maculés mais je n'ai pas envie de le montrer. Ce serait du voyeurisme. Je me fais enlever les fils dans une semaine et j'ai à
nouveau un rendez-vous dans cette clinique pour vérifier si tout "fonctionne".


Non, je te jure, c'était gore. Je n'exagère pas. Au contraire, j'essaye de minimiser un peu pour ne pas "choquer" le lecteur. Et j'ai honte. Car c'est un acte très égoïste. Mais cela me
paraissait si long, interminable, je n'en voyais plus "le bout".


Mais je crois que ça va mieux (en partie grâce à toi).


Et ne t'inquiète pas du résultat. Je ne me fais pas d'illusion, je ne serai donc pas déçue. J'ai encore retenu un truc de "l'autre": c'est l'action qui compte et non le résultat. D'une façon
comme d'une autre, tu m'as donné un but...Et je suis à fond dessus!


Bon Week-end. A+



nina 22/06/2013 09:29


je n'ai même pas 20 ans et pourtant je sais que je n'en finirai pas... entre l'alcool et ça...

Aurèle 22/06/2013 11:24



je me disais la même chose avec la boulimie. Et je m'en suis sortie. Et j'ai eu des réels moment de bonheur pendant des années. Même si je sais que je suis fragile et hypersensible, s'il n'y
avait pas eu cet histoire de Lexomil (on ne le saura jamais), je vivrais  bien.


Est-ce que tu as déjà été hospitalisée? Je ne me souviens plus. Dans le service où j'allais (c'est moi qui demandais à y aller) il y avait la moitié de jeunes filles (entre 18 et 25 ans). Tu n'es
pas la seule à te sentir mal. ça te permettrais au moins d'avoir des contacts....



nina 22/06/2013 09:28


Je suis très choqué par ce que tu as fait, comment ce fait-il que tu n'es rien ressentie ? Le lexomil me donne envie de me couper les veine à moi aussi... mais je ne le ferais pas

Aurèle 22/06/2013 10:54



bonjour Nina. Je n'ai rien senti parce que j'étais dans un "état second". (enfin je l'analyse comme ça). Mon cerveau ne réagissait pas à la douleur physique. Ou peut-être que la douleur met un
certains temps à arriver. C'est seulement le lendemain quand ils ont enlevé le pansement  (et qui était collé) que j'ai réalisé (et j'ai eu un mal de chien).


Ne fais jamais ça. C'est absurde. Toutes ma vie j'aurai d'horribles cicatrices qui me rapellerons toujours cet horrible épisode...



Baudoux 21/06/2013 18:48


Aurèle ne veut pas mourir. N'est-ce pas Aurèle ? Son amour de la vie, son instinct de survie est plus fort que ses pultsions. Elle doit "juste" apprendre à vivre avec cette grosse faille qu'elle
a l'intérieur. Je te comprends Aurèle !!! Tiens, et si tu faisais comme moi ? J'ai pris rdv avec une psychanalyste, mais pas le divan ! Une qui te parle... Continue à essayer. Comme dit ce cher
Geert, le seul échec, c'est d'arrêter d'essayer.

Aurèle 22/06/2013 08:31



Non, t'as raison je veux pas mourir.


Juste une fois, il y a une semaine. Mais le lendemain, c'était déjà fini.


J'ai un rendez-vous avec une psy, (pas TCC en fait) que m'a conseillée "l'autre" le jour où je l'ai "largué".


De toute façon la condition pour que je quitte l'hôpital si rapidement c'était que j'ai un suivi psy. Et j'ai dû donné son nom et ils ont vérifié la date et l'heure du rendez-vous (parce-que sur
le coup, j'avais oublié). C'est difficile de faire "le deuil" d'une drogue, je crois que ça va prendre du temps...mais ça va aller. Grosses bises.



bénédicte 21/06/2013 16:10


là c'est plus "le blog de mon sevrage du lexomil" c'est "chronique d'une mort annonée".c'est un choix comme un autre et il n'y a pas de jugement a porter.

Aurèle 22/06/2013 11:05



Bonjour Bénedicte.


Je sais que tu es passé toi aussi par des moments difficiles et je pense à ce que tu m'as écrit, il ne faut pas oublier qu'il y a un "avant l'avant". Et je
m'accroche à ça en ce moment.


Je suis plus optimiste (mes déprimes arrivent par "vagues" et finissent par s'estomper). C'est des crises de depression. Mais avant je faisais des crises de boulimie
et je fais encore des crises d'alcoolisme.


J'espère que quand on fait un peu n'importe quoi pendant de nombreuses années, on finit par se retrouver comme avant. Et pourqoui pas mieux qu'avant! Tu parlais de
Stand-by. Je dois être en plein dedans. Mais combien de temps ça va durer?


Amitiés Bénedicte. A+